Les mystères de l’oursin

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

Les mystères de l’oursin de Méditerranée.

Que celui qui n’a jamais mis les pieds sur un oursin lève la main ! Et aussitôt, la châtaigne de mer punit l’insolent en abandonnant quelques piquants acérés sous la plante du pied. Qui s’y frotte, s’y pique est la devise de cet animal marin qui s’accroche sur les rochers de la Côte Vermeille et de la Costa Brava ! Et ce qui est moins connu c’est qu’il a une façon bizarre de faire des bébés ! Il ne s’embarrasse pas de la phase de séduction ou de câlins comme d’autres espèces terrestres ou aquatiques. Chez lui la reproduction est simplifiée au maximum. En période de reproduction, en général au printemps, le mâle sécrète des cellules reproductrices dans l’eau que viennent féconder les cellules de la femelle en milieux aqueux. Victor Hugo a écrit : « l’oursin dont la bouche s’appelle, on ne sait pourquoi, lanterne d’Aristote, creuse le granit ». Enigmatique, peu chaleureux, le hérisson des mers !

Vacances propres et Pavillon bleu.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

                            Vacances propres et Pavillon bleu.

1). En vacances, je trie mes déchets et je garde ma plage propre.

2). J’utilise les poubelles de la plage : jaune et verte pour trier mes emballages et les poubelles marrons pour les détritus ou, je les emporte avec moi.

3). Je ne jette pas les mégots de cigarettes pour respecter la plage et ceux qui la nettoie.

4). J’utilise les installations sanitaires mises à ma disposition.

5). Je respecte la nature en évitant de marcher dans les zones protégées.

6). Je respecte les signalisations.

Le canard mandarin.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

         Introduits dans la Zone Ornithologique du Parc de la Prade à Saint Cyprien en Catalogne Nord, quelques couples de canards mandarins ont procréé, confirmation une acclimatation réussie. Originaire d’Asie du Sud-Est, le canard mandarin semble avoir été colorié sur une toile par l’imagination bohème d’un grand artiste épris de pigmentations frétillantes. Bel oiseau, il est fier de son habit multicolore orné de couleurs flamboyantes. Il consacre de longues heures à sa toilette. Une glande située sur le croupion sécrète un liquide huileux qu’il étale soigneusement sur ses plumes pour les rendre imperméable à l’eau. Il n’est pas moins prétentieux quand il plonge, queue en l’air, pour chercher sa nourriture au fond de l’étang. Grand séducteur, il parade pour attirer l’attention des femelles mais quand sa dulcinée est choisie, c’est pour toujours. D’ailleurs les Japonais et les Chinois ont fait du canard mandarin le symbole de la fidélité conjugale ! A ses côtés, sa compagne est plutôt effacée, elle porte un habit aux couleurs discrètes, quelque chose de sobre et d’anonyme qui lui permet de se camoufler plus aisément ou, aux premiers signes de danger, facilite sa fuite avec ses petits. Perchée sur un arbre, la couvée peut contenir de six à une douzaine de canetons. Les petits, déjà turbulents, ont à peine vu le jour que maman les pousse dans le vide. Premier bain forcé dans le lac où papa mandarin, attendri et orgueilleux, les surveille. C’est que dans le milieu aquatique la vie est pleine de dangers. Pour échapper aux renards, aux faucons, aux loutres et bien d’autres maraudeurs, la petite famille plonge sous l’eau, souvent en vain ! Pour beaucoup la vie s’arrêtera brutalement, heureusement la Nature veillera à l’équilibre. Le canard mandarin bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Il est donc formellement interdit de détruire, de capturer, de naturaliser, d’enlever ses œufs ou ses nids, d’altérer, dégrader ou perturber intentionnellement son milieu.

Le rorqual bleu.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

        Ce poisson hors norme est un phénomène. A sa naissance il pèse déjà autant que 30 hommes et dépasse en longueur la hauteur d’une girafe adulte. Lui lorsqu’il est adulte, il est aussi lourd que 17 autobus soit 200 tonnes, et mesure 33,50 m du museau à la queue. Un humain pourrait nager dans certaines de ces vaisseaux sanguins. Son cœur à la taille d’une grosse voiture. C’est le plus gros animal peuplant la planète !

Le rorqual bleu, appelée également baleine bleue nourrit, son énorme corps presque exclusivement de krill, des animaux pas plus grands  que le doigt d’un enfant. Pour se constituer une couche de graisse assez épaisse pour survivre à la période de reproduction le cétacé doit dévorer quotidiennement quelque 4 tonnes de krill. Il nage bouche ouverte parmi les colonies de krill, qu’il piège en refermant les mâchoires. Il expulse ensuite l’eau en pressant la masse de krill contre ses fanons avec une langue pesant autant qu’un éléphant.

Le rorqual bleu était un trophée de choix au temps de la chasse baleinière. Bien qu’il soit protégé depuis 1967, ses effectifs restent bas. La population mondiale est estimée à quelque 3 000 individus, soit 1 % des effectifs dénombrés avant que ne s’ouvre l’ère de la chasse baleinière à grande échelle, au début du XXème siècle. Sa population semble néanmoins se reconstituer lentement dans la plus grande partie de son aire de répartition. Mais seule la population du nord-est du Pacifique s’est accrue significativement. Un rorqual bleu pygmée, version compacte du rorqual bleu, peuple l’hémisphère Sud, principalement l’océan Indien. Il demeure dans des eaux tempérées toute l’année. Beaucoup plus petit que son cousin, il mesure tout de même jusqu’à 22 m.

J’oubliais de préciser que le souffle de ce superbe animal peut atteindre la hauteur de 12 m et qu’il déplace sa masse à la vitesse maximale de 48 km/heure.

Petits fantômes de l’océan.

Écrit par Super User. Publié dans Junior à la Font Nova.

    Les feux de Saint Elme, qu’autrefois les Anciens appelaient des « étoiles » ont impressionné longtemps les gens de la mer. Ce phénomène physique est un feu météorique lié à l’atmosphère orageuse saturée d’électricité qui apparaît au sommet des mâts des navires, parfois pendant la tempête, le plus souvent après. Selon la densité des charges électriques, les couleurs principales sont le vert, le bleu et le violet. Ils étaient regardés comme un signe de protection surnaturelle. Pendant la traversée des Argonautes ces feux étaient descendus  sur le front des Dioscures, les jumeaux Castor et Pollux, protecteurs des marins, tandis que s’apaisait la tempête. Si, par malheur, le feu était unique, on y voyait l’intervention d’Hélène, la plus belle femme du monde de l’époque, responsable de la guerre de Troie, sœur de Castor et Pollux et le présage devenait néfaste.

Il y a fort longtemps, saint Elme habitait une grotte du détroit de Messine. Une nuit, saint Christophe remit au sage ermite une lanterne avec la charge de l’allumer les soirs de tempête, afin de guider les navires en perdition.Les feux devinrent ainsi, aux temps chrétiens, les feux de saint Elme. Mais peut-être le nom de cet ermite provient-il tout simplement d’une déformation de la moins recommandable Hélène. Le phénomène météorologique des feux saint Elme, très impressionnants en mer, peut, lorsqu’il apparaît au-dessus de la tête d’un marin, annoncer sa mort prochaine. Selon d’autres croyances, il s’agit au contraire du signe bénéfique de la protection de la Vierge. Le feu saint Elme est alors connu sous le nom de Stella Maris. Les feux apparaissent souvent alors que la tempête est passée; les feux annoncent donc le beau temps ! Cette « étoile » est dangereuse quand il n’en tombe qu’une mais s’il en vient au moins deux c’est un signe protecteur !