Notre Méditerranée

Réserve naturelle de Cerbère-Banyuls.

Écrit par Super User. Publié dans Notre Méditerranée.

Réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls.

Au cœur de la Côte Vermeille, en Pays Catalan, a été créée en 1974 la première Réserve Naturelle Marine de France. La Réserve Marine est un territoire d’excellence pour la préservation de la diversité biologique marine. Elle ambitionne une protection durable du milieu et des espèces en conjuguant réglementation et gestion active.

La Réserve comprend deux zones de réglementation :

  • la zone de protection, dite classique, correspond à la plus grande superficie de l’espace protégée, soit environ 600 hectares, où certaines activités humaines comme la pêche sont réglementées et d’autres comme la chasse sous marine ou la récolte de fruits de mer interdites.
  • la zone de protection renforcée représente 10 % de la Réserve soit environ 65 hectares. Tous les prélèvements, immersions et ancrages sont interdits. Seules les études scientifiques validées par le comité consultatifs et le conseil scientifique de la Réserve sont autorisées.

L’activité de la Réserve s’articule autour de 5 missions majeures :

  • la surveillance du site où plus de 1 500 heures de surveillance sont effectuées chaque année.
  • les suivis scientifiques : ces études permettent d’améliorer les connaissances relatives au milieu marin et ainsi prendre toutes les mesures pour maintenir la conservation de ce milieu fragile.

La question de l’activité humaine :

  • la Réserve Marine est aujourd’hui un espace où différentes activités cohabitent dans le respect de l’environnement.
  • les animations pédagogiques où de nombreux élèves bénéficient chaque année des animations pédagogiques gratuites et de qualité proposées par la Réserve Marine.

L’accueil du public :

  • chaque année, de nombreux visiteurs découvrent le sentier sous marin durant l’été et fréquente les deux points information mis à leur disposition. Des travaux d’aménagement comme l’installation de dispositifs d’amarrage écologiques ont effectués afin d’accueillir le public dans les meilleures dispositions.

Actuellement, seul 0,02% du territoire français est réellement protégé. C’est incontestablement insignifiant. La disparition des lieux de vie est une cause essentielle de l’effondrement des populations animales et de la disparition des espèces. Les aires marines protégées, ainsi que les réserves naturelles terrestres qui constituent les derniers remparts contre l’effondrement de la biodiversité, doivent être multipliées, étendues et mises en réseau. Il n’y a pas de temps à perdre !